La famille Bogaert-Verhaeghe prête pour le Pro Dromi®!

Dans les semaines à venir, nous allons suivre la famille belge Bogaert-Verhaeghe dans différents blogs et les développements de la construction de leur tout nouveau bâtiment de mise bas à Ledegem. L’année dernière, ils ont testé quatre cases Pro Dromi® Classic, et entretemps ils ont fait construire un bâtiment avec non moins de 104 cases de mise bas. Un projet spécial https://vereijkenhooijer.nl/prodromiclassicque nous aimerions suivre avec vous.

Apprenez à connaître la famille dans ce premier blog : vous vous dehttps://vereijkenhooijer.nl/prodromiclassicmandez probablement pourquoi ils ont choisi ce système de mise bas. Découvrez tout sur les défis et les particularités que la famille rencontre sur son chemin. Et n’oubliez pas de consulter les photos de ce projet spécial sur le site !

vlnr. Quirijn Dees (Vereijken Hooijer), Nancy Bogaert, Rik Bogaert en Geert Carbon (distributeur BvbA Vanpeteghem A&G) voor de nieuwe stal

De gauche à droite :
Quirijn Dees (Vereijken Hooijer)
Nancy Verhaeghe
Rik Bogaert
Geert Carbon (distributeur BvbA Vanpeteghem A&G)

Sans antibiotiques : lauréat du prix pour la santé animale

Depuis plus de vingt ans, la famille Verhaeghe-Bogaert est active dans le secteur ; leur élevage de porcs dans la commune de Ledegem est un concept dans la région. En partie à cause des antécédents médicaux de sa femme (à l’origine une infirmière), l’éleveur de porcs a découvert progressivement les similitudes entre les médicaments administrés aux humains et aux animaux. Leur objectif était de réduire autant que possible l’utilisation d’antibiotiques et même de travailler sans antibiotiques. Ces dernières années, cela a été un succès : environ 98 % de leurs animaux sont élevés de la naissance à l’abattage sans médicaments. Rien d’étonnant à ce qu’ils aient été nominés par un jury d’experts pour le prix belge PiG de la santé animale en UE !

Quatre cases de mise bas à l’essai

Étant donné que leur bâtiment de mise bas existant devait être remplacé et que le marché accorde de plus en plus d’attention au bien-être des animaux, ils se sont concentrés sur les cases de mise bas autonome. Avec ce choix, la famille n’a pas pris de risques. Après des discussions avec Sterksel et l’Université de Wageningen, un département de test de quatre cases de mise bas a été créé conformément au système Pro Dromi® Classic. Équipées d’une caméra, et avec l’aide d’un étudiant, les résultats des cases de mise bas ont été évalués. L’espace de tests est maintenant utilisé depuis plus de deux et sept mois.

Figure 1 Le bâtiment Pro Dromi® Classic est testé  en détails avec une caméra et un étudiant

Exploitation porcine durable

Les recherches effectuées dans les bâtiments de tests montrent que les truies sont en meilleure forme et plus sociales, consomment plus d’aliments et produisent davantage de lait. En conséquence, les porcelets sont plus lourds au sevrage, environ 800 grammes par porcelet par rapport à un bâtiment de mise bas ordinaire au bout de quatre semaines. Cela leur donne une longueur d’avance de plus de deux kilos à l’âge de dix semaines. En outre, ils souffrent moins de la chute des trayons. Et la « Nounou », une case séparée pour les porcelets, empêche l’écrasement par la truie des porcelets. Tous les points qui contribuent à une exploitation porcine durable et qui ont décidé la famille à construire leur nouveau bâtiment avec non moins de 104 cases de mise bas Pro Dromi® Classic !

Moments d’apprentissage

« En acquérant d’abord des connaissances et de l’expérience avec l’espace de tests, nous avons constaté qu’il était difficile d’attacher ou de libérer la truie», explique l’exploitant. Lorsque la case est en tabulation libre, il peut être difficile et dangereux d’approcher la truie. C’est la raison pour laquelle nous avons créé maintenant un passage supplémentaire toutes les deux cases de mise bas, afin de pouvoir contrôler la truie plus facilement et d’utiliser la clôture plus simplement. De cette façon, il est possible d’attacher la truie pendant la mise bas et de la libérer peu après la mise bas. »  En outre, la famille a pu déjà se familiariser avec la nouvelle méthode de travail, de sorte que le passage à un bâtiment complet soit moins important.

Bien-être animal

Le bâtiment a deux zones climatiques, pouvant à la fois rafraichir la truie et tenir les porcelets bien au chaud.  Les truies évoluent ainsi dans une température ambiante constante basse. En outre, les animaux ont une plus grande liberté de mouvement. Leur consommation d’aliments et leur production laitière s’améliorent donc ; la truie perd moins de poids, ce qui a un effet positif sur son âge et sur la période de gestation suivante. De plus, les porcelets naissent plus rapidement et sont sevrés à un poids plus élevé, ce qui leur permet de traverser plus facilement la période d’élevage sans antibiotiques. Et ils présentent souvent des comportements naturels tels que le comportement de nidification et une interaction sociale avec d’autres porcs.  Grâce à cette méthode de travail respectueuse des animaux, la famille Bogaert-Verhaeghe espère également obtenir de meilleurs résultats.

 

PS : Curieux de savoir à quoi ressemblera le bâtiment terminé ? Consultez, pour plus d’informations et photos, notre site web. Le blog suivant sur la famille Bogaert-Verhaeghe traite de la construction neutre au niveau climatique.